COVID-19 UCRM : cas contact

.

Q8 –  Qu’est-ce qu’un « cas contact » ?

.

• Un cas contact se définit comme suit :

La personne contact à risque est une personne qui, en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact (hygiaphone ou autre séparation physique comme une vitre ; masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas OU la personne contact), a :
………. – partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ;
………. – eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (exemple conversation, repas, flirt, accolades, embrassades). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque ;
………. – prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins ;
………. – partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes avec un cas, ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement.

.

.

• Vous pensez avoir des symptômes ou être cas contact, vous avez obtenu un résultat positif suite à un dépistage, ou une personne accompagnée se trouve dans l’un de ces cas de figure : que faire ?

.

….. 1/ Vous êtes invité à vous rapprocher au plus vite de votre responsable qui en informera le référent Covid-19 de l’Association, afin de déterminer la conduite à tenir au vu de votre situation et des contraintes propres à votre service.

.

….. 2/ Suite à cette prise de contact, vous pourrez être invités à déclarer votre situation sur https://declare.ameli.fr/ afin de bénéficier d’un arrêt de travail, si vous répondez aux conditions énoncées (impossibilité de travailler à distance, identification préalable par la CPAM en qualité de cas contact, etc.).

.

….. 3/ Nouvelles recommandations de « contact warning » :
Les cas contacts en attente de test doivent prévenir leurs propres cas contacts
pour limiter leurs interactions sociales, respecter strictement les mesures barrières, surveiller étroitement la survenue de symptômes.

.

.

• Les recommandations générales, qui évoluent régulièrement, sont les suivantes :

.

….. Pour les personnes diagnostiquées positives : maintien en isolement pendant 10 jours pleins
……………– à partir de la date des symptômes et 48 h après la fin des symptômes si fièvre au 7ème jour
……………– à partir du prélèvement positif pour les asymptomatiques

› Dans le cas des variantes 20H/501Y.V2 (« sud-africaine ») et 20J/501Y.V3 (« brésilienne ») : la durée d’isolement est portée à 10 jours ; un test de sortie d’isolement doit être réalisé ; si le test est positif alors nouvel isolement de 7 jours.

.

….. Pour les cas contacts : maintien en isolement pendant 7 jours à partir du dernier contact avec un cas confirmé, puis…
……………– en cas de symptômes, réalisation d’un test de dépistage au plus vite et maintien de l’isolement jusqu’aux résultats
……………– réalisation d’un test de dépistage au 7ème jour

› Dans le cas des variantes 20H/501Y.V2 (« sud-africaine ») et 20J/501Y.V3 (« brésilienne ») : un test PCR doit être effectué immédiatement. En cas de résultat négatif, il est quand même nécessaire respecter les dispositions ci-dessus.

Notez bien que, si vous êtes un cas contact asymptomatique, il peut vous être demandé de rester en poste afin d’assurer la continuité dont nous sommes garants au service des personnes accompagnées.

.

…..• Préconisations pour les enfants :
Un enfant cas contact doit respecter un isolement de 7 jours et effectuer un test à la sortie de l’isolement. En cas de refus du test, l’enfant devra rester isoler 10 jours supplémentaires, soit 17 jours au total

.

.

Dans tous les cas, il vous est demandé d’anticiper le contact tracing réalisé par les autorités sanitaires en identifiant au plus tôt les personnes que vous avez fréquentées depuis une semaine, répondant à la définition de « cas contact » (voir plus haut).